Eduquer 151: Tabous autour de la maternité

Samedi 1 février 2020

Image

Même si les lignes bougent, il semble encore difficile de remettre en question les « joies de la maternité ». Pour preuve la pression sociale que subissent les femmes qui ne veulent pas ou ne peuvent pas avoir d’enfant. Pourtant, pour les femmes, la maternité est source de violences et de discriminations et elle constitue une entrave à l’égalité femme-homme. Le saviez-vous ? La question du consentement médical et de la liberté de choix de la patiente sont souvent outrepassés lors de l’accouchement. L’épisiotomie est fréquemment pratiquée sans l’accord de la patiente et son utilité n’est pas scientifiquement fondée. Il n’y a pas d’instinct maternel. C’est une construction sociale. Les petites filles sont socialisées à désirer des enfants et à s’entraîner, très tôt, pour la maternité. À votre avis, que ce serait-il passé « si dès le berceau on élevait les petites filles dans un esprit aventureux et compétitif ? On dirait des femmes qu’elles ont l’instinct guerrier » - L’impact du genre dans le droit reste un grand tabou rarement évoqué par les juristes. Pourtant le droit n’est pas neutre. Deux démonstrations percutantes : le congé de maternité/ paternité et le droit médical. Se séparer et vivre seule accroît davantage le risque de pauvreté pour les mères et pour les enfants que pour les pères. L’objectif de ce dossier est bien de faire apparaître ces inégalités et de proposer des pistes politiques visant à améliorer les droits des femmes qu’elles fassent le choix de la maternité ou non. Bonne lecture!

Un dossier réalisé par Maud Baccichet.

SOMMAIRE DU DOSSIER: Accouchement: sexisme et violations des droits des femmes Le regret d’être mère: un tabou à lever pour déculpabiliser Les femmes et les hommes pas égaux face au droit Monoparentalité: femmes et enfants en danger Pour aller plus loin

[1] StatBel 2018. [2] L’Institut national français de la statistique et des études économiques. [3] «Quand les enfants naissent, les salaires des femmes baissent», Ouafia Kheniche, 11/10/19, France Inter. In: www.franceinter.fr/quand-les-enfants-naissent-lessalaires-des-femmes-baissent Illustrations du dossier: Marie Leprêtre, alias «Ma Tête est pleine d’endroits» est née en France en 1985. Elle vit aujourd’hui à Bruxelles où elle travaille comme illustratrice, animatrice artistique, poète, déclamatrice. Cheffe de famille monoparentale et militante féministe, queer, c’est par l’expression artistique qu’elle donne libre cours à son besoin de dire, de clamer, d’incarner, d’inscrire, de donner une forme et du sens à ce qu’elle est, à ce qu’elle vit et à ce qui l’entoure. www.marielepretre.wordpress.com

fév 2020

éduquer

151

Du même numéro

Libre-choix et marché scolaire

Les derniers résultats PISA mettent à nouveau en évidence le lien entre l’existence d’écoles  élitistes et d’écoles « guettos populaires », et la disparité de résultats entre élèves en Belgique.
Lire l'article

Dernière chronique (inter)culturelle avant la prochaine / La poétique rencontre

Parmi les événements récents remarquables de ma vie de formatrice, il y eut la visite de la Fondation Maurice Carême à Bruxelles. On avait rendez-vous à 10h, un matin. À 9h55, une vieille femme nous ...
Lire l'article

Le regret d’être mère: un tabou à lever pour déculpabiliser

Taire les difficultés de la maternité, c’est occulter une partie de la réalité. Une mère peut aimer son enfant tout en déplorant les conséquences de sa venue sur sa vie. Quelles sont les raisons? Comm...
Lire l'article