Actualité: Bonnes pratiques

Vos élèves parlent peu les langues étrangères? Essayez le numérique!

Vos élèves parlent peu les langues étrangères? Essayez le numérique!
L’heure est au numérique dans la société comme dans l’enseignement, voici quelques outils intéressants pour l’apprentissage des langues, ainsi que quelques trucs et astuces pour les exploiter au mieux dans votre classe afin de favoriser la compréhension et l’expression orales.

Même si la FWB peut parfois accuser un certain retard en matière d’équipement informatique des écoles par à rapport à la Flandre par exemple, le recours au numérique fait désormais partie des pratiques habituelles du professeur de langue (entre autre: utilisation d’une vidéo sur le net pour une compréhension à l’audition, impression d’un texte venant d’un journal en ligne, consultation de dictionnaires en ligne, utilisation de la plateforme de l’école pour donner accès à des ressources d’apprentissage).

Au-delà des pratiques enseignantes, force est de constater que les élèves utilisent également le numérique dans leur vie quotidienne, notamment afin d’accéder à l’information (ex.: Siri, Google, Wikipedia), communiquer entre eux (ex.: Snapchat ou Instagram), et se divertir (jeux, vidéos, etc.). L’utilisation du numérique en classe reste cependant parfois limitée et certaines de ses potentialités pourraient être mieux mises à profit au service à la fois des enseignant·e·s et des élèves.

Voici quelques outils qui vont en ce sens:

Google Docs

L’article que vous êtes en train de lire a été co-rédigé par un groupe de neuf chercheur/se·s et enseignant·e·s à l’aide d’un outil gratuit bien commode: Google Docs, qui permet de concevoir et de produire des documents selon une approche collaborative, en différé ou en simultanéité. Nous avons utilisé uniquement la fonction “traitement de texte”, mais d’autres outils sont également disponibles (feuille de calcul, présentation ou questionnaire). Pourquoi ne pas proposer à vos élèves d’utiliser aussi cet outil d’écriture collaborative pour préparer une présentation orale de groupe?

Le numérique pour plus d’oralité

La compréhension et l’expression orales sont des compétences cardinales dans l’apprentissage des langues modernes et sont, en toute logique, présentées comme prioritaires dans les nouveaux référentiels. Cependant, les conditions matérielles d’enseignement ne favorisent pas toujours la pratique orale (par exemple des classes surpeuplées, une hétérogénéité des niveaux de maîtrise, la gestion de la discipline). Pour pallier ces inconvénients, les nouvelles technologies peuvent s’avérer bien utiles!

Le numérique au cours de langues peut:

  • favoriser l’autonomie de l’apprenant.e,
  • accroître la dynamique motivationnelle,
  • maximiser la pratique dans et en dehors de la classe,
  • permettre une approche différenciée,
  • créer un lien entre la vie en classe et hors classe,
  • donner plus de sens aux activités d’oralité,
  • permettre un accès direct à des documents authentiques,
  • permettre d’évaluer autrement (ex.: auto-évaluation, grille critériée en ligne, suivi de la progression par tous les intervenant·e·s).

Lyricstraining

Un outil motivant pour travailler sa compréhension à l’audition en autonomie et à son niveau. Disponible dans une série de langues, dont le néerlandais!

Un site web et une app qui permettent aux élèves d’améliorer leur compréhension orale par le biais d’un visionnage actif de clips de chansons actuelles. Les élèves choisissent la chanson, déterminent leur niveau et lancent la vidéo. Les paroles apparaissent alors sous l’image et il faut les compléter, soit sous forme de choix multiples, soit en écrivant soi-même le mot. Les professeurs et élèves peuvent même ajouter de nouvelles chansons et créer des exercices sur les chansons existantes.

Et corriger autrement aussi…

Lorsque les élèves s’expriment en langue cible, il est parfois délicat de combiner souci de correction linguistique et fluidité. Il n’est pas aisé pour les enseignant·e·s de cibler les types d’erreurs à corriger lors d’activités orales car il faut jongler entre la nécessité de correction et le souhait de ne pas décourager ou couper l’élève dans son effort.

Natural Reader

Astuce! Vous pouvez permettre aux élèves de procéder par étapes et d’utiliser certaines technologies pour les aider dans la préparation de leurs interventions quand un moment de préparation/réflexion est prévu dans la tâche. Il existe maintenant de nombreux outils de synthèse vocale de très bonne qualité qui lisent le texte/les morceaux de texte préparés par les élèves. Natural Reader est l’un de ces programmes gratuit et compatible avec divers systèmes d’exploitation, et qui être utilisé autant à la maison qu’à l’école. Il converti un texte écrit en format vocal et peut aider l’élève a préparer/répéter son intervention. Grâce à ce type d’outil chaque élève dispose d’un ‘assistant vocal’ particulier pour l’aider dans ses éventuels soucis de prononciation. Notons que ce type d’outil peut également être utile à des élèves qui auraient des difficultés de lecture.

Forallrubrics

Forallrubrics est un autre outil numérique qui peut permettre au professeur (voire aux autres élèves) d’évaluer l’expression orale avec des grilles critériées en ligne. Vous pourrez ainsi plus facilement communiquer avec l’élève (et toute personne intéressée) tant sur la matière acquise que sur ce qui reste à acquérir.

Intégration du numérique étape par étape

L’intégration du numérique, c’est d’abord l’utiliser pour répondre à ses besoins propres. L’intérêt d’un outil dépend essentiellement de l’utilisation que l’on en fait. De plus, le numérique, ce n’est pas en mode “tout ou rien”! Il existe en effet différents niveaux d’intégration du numérique en classe en fonction des activités mises en place. Source: http://yapluka.weebly.com/le-modegravele-samr.html

Les premiers niveaux du modèle présentent les activités numériques qui permettent une amélioration fonctionnelle de l’enseignement.

Le premier niveau (substitution) comprend les activités qui intègrent une technologie sans changer les tâches de l’élève ou l’organisation de la classe. Un exemple concret d’activités relevant du niveau “substitution” est d’utiliser le tableau interactif pour remettre des images dans l’ordre chronologique en fonction d’une compréhension à l’audition.

Le numérique permet également un changement fonctionnel au sein de la classe. Par exemple, l’outil Quizlet (voir plus loin) peut être utilisé pour interroger les élèves de manière plus interactive lors de la révision ou de l’apprentissage du vocabulaire. Cette activité relèvera alors du niveau “augmentation”.

Quizlet

Un site web et une application permettant aux élèves de travailler leur connaissance du vocabulaire. Comment? En utilisant les listes de vocabulaire pour les rendre interactives. Ceux-ci pourront ensuite entraîner leur mémorisation, notamment grâce aux flashcards, aux dictées de mots et aux exercices interactifs à travers un parcours personnalisé, insistant sur les erreurs récurrentes. De plus, Quizlet contient un outil de synthèse vocale qui prononce les mots encodés dans la langue de votre choix. Chaque élève peut donc créer ses propres listes en fonction de ses difficultés. Les professeurs peuvent quant à eux identifier les progrès de leurs élèves mais aussi lancer des quizzes collaboratifs en classe. Il s’agit donc d’un bon moyen d’améliorer l’étude du vocabulaire, utilisable sur les smartphones.

Les stades suivants d’intégration du numérique (modification et redéfinition) représentent des activités qui transforment les tâches des élèves. Par exemple, vous pouvez utiliser l’outil Wooclap dans votre classe afin de récolter l’avis des élèves et d’établir une liste de vocabulaire qui part de leurs besoins. Les résultats seront ensuite exportés vers Quizlet. On parle alors de modification.

Le télévoteur Wooclap

Il s’agit d’un site web dont l’objectif est de faciliter l’interaction entre le professeur et les apprenant·e·s. Il peut être utilisé pour lancer un débat, obtenir des réactions de chaque élève, même le plus timide. Il est également possible de classer des idées, interroger sur le vocabulaire ou la grammaire ou encore annoter des images. Tout cela est possible avec un smartphone, une tablette ou un ordinateur avec un code de partage. Interagir autrement, c’est possible et c’est belge!

Au dernier niveau, le numérique permet de créer de nouvelles tâches qui ne sont pas réalisables sans la technologie. On parle alors de “redéfinition”. Les élèves vont par exemple rechercher des informations sur le net afin de préparer une vidéo qu’ils vont enregistrer sur l’app Tellagami (tellagami. com). La vidéo produite sera ensuite postée par les élèves sur le blog de l’école.

Tellagami

Vos élèves choisissent un avatar, une image de fond, enregistrent leur voix pendant 30 secondes maximum et partagent leur vidéo avec le professeur, la classe, une classe de correspondants à l’autre bout du monde, les parents ou toute autre personne cible.

Le numérique au service de la pédagogie (et non l’inverse!)

Nous avons ainsi montré que le numérique en et hors classe représente une évolution plus qu’une révolution. Il ne s’agit pas de chercher d’emblée à changer toutes nos pratiques pédagogiques ou à utiliser le plus de nouveaux outils possibles. Le numérique répond aux besoins des élèves et des enseignant·e·s en matière d’apprentissage des langues et apporte une dimension nouvelle à nos cours, par exemple au niveau de l’interaction, de l’autonomie et, plus fondamentalement, de l’expression orale. Pour l’enseignant·e, le numérique permet entres autres de gagner du temps, de faciliter certains aspects de la gestion de groupe, de la préparation des tâches et du feedback. Le numérique permet également une autonomie accrue de l’apprenant·e, ce qui ouvre de petits espaces nouveaux à l’enseignant·e en lui permettant de se concentrer sur d’autres choses (différenciation, remédiation, consolidation). En d’autres termes, c’est la technologie qui doit se mettre au service de la pédagogie et non l’inverse.

 

Ph. Anckaert, C. Delforge, N. Herbinaux, F. Meunier, A. Meurice, E. Romero-Muñoz, J. Van de Vyver, Consortium 1 Langues Modernes, H. E. F. Ferrer/UCLouvain, en collaboration avec l’UNamur