Image
jh

2017
2018
à
Bruxelles Ville

Regarde où tu es ! Tu es peut-être chez toi… 

« Le jour où je m’étais perdue à l’angle de deux rues de ma nouvelle ville, j’avais un peu paniqué. J’avais alors trouvé une cabine téléphonique pour appeler ma sœur. Je lui avais dit : « Je suis perdue. » Elle m’avait répondu : « Peut-être pas. Regarde où tu es, tu es peut-être chez toi… » et elle avait raison, en levant les yeux, j’avais aperçu un appartement à louer et j’avais réalisé que j’étais exactement où je devais être. »

C’est à partir de ce texte ‘Nomade’ d’India Desjardins que le groupe de l’école du Canal en apprentissage du français a travaillé sur la notion de ville, de chez soi, de découvertes et de rencontres.

Cette initiative a été financée grâce au « Fonds Papillon » de la Fondation Roi Baudouin.
L’objectif était ainsi de permettre aux femmes du cours de français de l’école du Canal de découvrir un peu mieux leur ville, leur quartier et de s’inscrire pleinement comme citoyennes de Bruxelles. Tout un programme de visites guidées a été mis sur pied : théâtre de la Monnaie, Bibliothèque Royale, hôtel de ville, Atomium, quartier Saint-Géry,…

Au-delà des visites culturelles, un volet « rencontre et échanges intergénérationnels » a été mis en place. C’est ainsi que le groupe de femmes a pu rencontrer le groupe d’enfants primo-arrivants de leur école (de la classe DASPA). Cette rencontre a été très importante et révélatrice de beaux moments pour chaque groupe. Cela nous a donné l’envie de poursuivre nos rencontres autour de nouveaux projets communs !

Pour garder des traces de ces visites, de ces moments et de ces découvertes, c’est finalement la réalisation de vidéos et d’un film collectif avec la collaboration de Citizen Motion qui a été retenue. L’équipe de Citizen Motion a mené plusieurs ateliers et nous a accompagnées lors de différentes visites.

Le film réalisé a été présenté à la Ligue en juin 2018. Tout en ayant rempli ses objectifs d’appropriation et ‘d’intégration’ dans un quartier, ce projet a dynamisé l’estime d’elles-mêmes des participantes, leur vie sociale et leur rapport à leur ville. L’impact le plus fort fut certainement sur leurs relations sociales : en effet, élaborer un projet, c’est avant tout créer ensemble et devenir groupe.

Nous avons rassemblé une partie des écrits du groupe pour se présenter dans l’article que vous pouvez consulter ici