Actualité: Actu, Alimentation, Education - Enseignement, Environnement, Pédagogies alternatives, Santé

Un potager bio dans la cour de récré!

Un potager bio dans la cour de récré!
DOSSIER EDUQUER: Mieux manger à l’école
De plus en plus d’écoles font le choix d’aménager un potager dans l’enceinte de leur établissement. Un outil pédagogique, convivial, durable et fun.

Face à la problématique de la malbouffe chez les plus jeunes, certaines écoles ont opté pour cet outil qu’est le potager, en permettant un «coin nature», des espaces de jardinage et de composteurs. Ces zones de nature offrent de multiples supports pédagogiques pour apprendre notamment le respect de la biodiversité et du vivant sous ses différentes formes, l’importance de la saisonnalité, de l’entretien des espaces naturels, des différentes techniques de plantation…

Force est de constater que de nombreux enfants ignorent d’où viennent les légumes ou comment et quand on les cueille. Les impliquer dans le processus de germination d’une graine jusqu’à ce qu’elle devienne plante, les fascine. Pour les plus grands, le prétexte du potager pour aborder les sciences, les maths, la santé ou les technologies, semble idéalement fonctionner.

à bien y réfléchir, proposer aux enfants de faire pousser des légumes à l’école, c’est d’une part, l’occasion de renouer le contact avec la terre, de redécouvrir les saisonnalités et les différents légumes, et d’autre part, de «s’aérer le cerveau», d’être dans la pratique de quelque chose et de se sentir investi dans un projet de A à Z, depuis la plantation jusqu’à la dégustation des fruits et légumes semés.

Et qui plus est, c’est un formidable moyen, pour celles et ceux qui n’ont pas de jardin, et/ou de proches ayant la main verte, de prendre le temps de découvrir et d’apprendre tous les bienfaits liés à l’alimentation durable, locale et diversifiée. En offrant aux plus jeunes tous ces savoirs, on peut espérer que davantage d’entre eux accorderont plus d’importance à leur alimentation. Un pari peu coûteux et qui en vaut la peine puisque des subsides aux écoles existent.

Depuis 2016, Bruxelles Environnement propose un accompagnement technique, différents outils et un soutien financier via le projet Good Food. Les écoles peuvent, si elles le souhaitent, bénéficier d’un coaching personnalisé avec un maraîcher qui se rend sur place. Un budget peut être mis à disposition des établissements via des appels à candidatures organisés par le réseau des écoles bruxelloises en action pour l’environnement[1].

De son côté, la Wallonie souhaite généraliser les bonnes pratiques en termes d’alimentation bio, durable et locale dans les cantines scolaires. Elle propose une page facebook sur laquelle les établissements scolaires peuvent aller piocher de bons conseils pour favoriser le «manger durable»[2].

 

Maud Baccichet, secteur communication

 

[1] www.bubble.brussels

[2] www.facebook.com/lescantiniers

Cet article fait partie du dossier 130 de notre revue Eduquer: Mieux manger à l’école. N’hésitez pas à le consulter