Élections : les femmes passent encore au second plan

Mercredi 26 septembre 2018

Même si le principe de la tirette, soit l’alternance d’une femme et d’un homme sur les listes électorales, est d’application pour les prochaines élections communales, il est à souligner que très peu de listes enregistrées dans les communes wallonnes et bruxelloises ont fait le choix de mettre une femme en tête de liste. Or, la personne qui figure en haut de la liste est pratiquement certaine d’être élue…

Pour le scrutin du 14 octobre, 152 listes qui ont été enregistrées en Région bruxelloise dont 42 sont menées par une femme, soit à peine 27,6 %. En matière d’égalité des sexes, la commune d’Etterbeek est la seule où aucune des formations en présence n’a choisi une femme comme tête de liste. A Auderghem, 57% de femmes figurent en tête de liste, à Woluwe-Saint-Pierre, 60 % et à Koekelberg et Molenbeek, 34 % des listes sont emmenées par des femmes. A noter que Bruxelles-ville et Anderlecht, les plus grandes communes bruxelloises, proposent respectivement à peine 16 % et 11 % de femmes en position de tête de liste. Rappelons l’importance des votes de préférence aux élections communales à Bruxelles. En effet, le système veut que seront d’abord élu·e·s, les candidat·e·s qui ont obtenu assez de voix de préférence pour atteindre le chiffre d’éligibilité. Par ailleurs, dans les 27 communes que compte le Brabant wallon, on est encore plus loin de la parité femme-homme. Sur les 119 listes déposées, à peine 29 seront menées par des femmes, soit 24 %. Les 90 autres ont un homme à leur tête.  

Du même numéro