Actualité: Bonnes pratiques, Interculturalité, La Ligue, Société

Saveurs Nomades et Autres Histoires

Saveurs Nomades et Autres Histoires
« Quand j’étais petite, ma mère partait parfois rendre visite à ma grand-mère plusieurs jours à Tanger. Mes sept frères et sœurs et moi restions alors à la maison avec mon père. C’était la fête. Avec papa, on faisait ce qu’on voulait. A midi, tous ensemble, nous préparions un bon tajine d’agneau aux prunes. Quand ma mère rentrait après dix jours d’absence, elle n’avait plus qu’à constater le bazar… »
Le livre « Saveurs Nomades
et Autres Histoires »

« Saveurs Nomades et Autres histoires », c’est la création d’un livre de recettes où la cuisine sert de prétexte à conter son histoire, son vécu et ce qu’évoquent en chacun-e les odeurs et les saveurs.

Ce livre de recettes est un objet hybride qui représente la manière dont nous avons travaillé : sous différentes formes, en suivant les envies, les progrès et les attentes de chacun-e.

Dans notre travail quotidien de professeur de français, nous savons que le langage est un moyen de communication, de pensée et d’action essentiel. Mais donner des cours de français, c’est aussi, selon nous, essayer de susciter l’envie de connaître le monde et les autres, faire découvrir différentes fa- çons de vivre et apprendre à respecter la diversité culturelle.

« Saveurs Nomades et Autres histoires » est un projet qui a pu être réalisé grâce à la Fondation Roi Baudouin et à la Fondation Bpost pour l’alphabétisation. Pendant 9 mois, au sein de 3 communes, de 4 écoles et de 5 groupes d’apprentissage du français, nous avons pu échanger mais aussi confronter nos différentes façons de voir autour d’un projet commun, afin de lutter contre l’échec, le rejet et l’exclusion.

Pourquoi un livre de recettes?

Le projet part du constat que beaucoup de familles bruxelloises considèrent le livre comme un objet étranger au cadre familial. La Ligue de l’Enseignement travaille avec les parents des écoles bruxelloises et considère ceux-ci comme des points de relais dans la découverte du livre et donc du langage pour leur entourage.

Travailler dans les écoles permet de faire le lien entre deux mondes, souvent éloignés l’un de l’autre : la famille et l’école comme institut du savoir. Deux univers qui, souvent, ne parlent plus la même langue. Ce livre a permis d’inscrire physiquement les parents dans l’école, de leur redonner une place et de créer un lien avec les professeurs et la direction.

Et afin de les impliquer tout en les valorisant, le thème de la cuisine semblait particulièrement propice puisqu’il s’agit à la fois d’un invariant fondamental de la vie quotidienne mais aussi d’un aspect qui illustre particulièrement bien la richesse de la diversité. De plus, celle-ci constitue un véritable tissu familial et social dans la plupart des cultures.

Appréhender le livre dans sa globalité

Nous avons travaillé sur le livre en tant qu’objet (sa découverte, sa reliure, son papier et ses illustrations) mais également sur le souvenir et sur l’écriture.

Pour une première approche de l’édition, nous avons visité la bibliothèque de Laeken en dé- couvrant les livres de recettes et leurs différents types. Plus tard, nous avons approché la découverte de l’écriture et de l’imprimerie à la Bibliothèque Royale. A travers une découverte chronologique des livres de recettes (de 1930 aux années 2000), le groupe a pu analyser l’évolution des illustrations et des codes alimentaires.

Suite à ces différentes approches, un atelier de reliure fut mis en place pour créer un carnet personnel. Comme pour la découverte de la langue, nous avons décortiqué le processus de fabrication du livre pour le débarrasser de son aura d’objet élitiste et inaccessible, et ainsi permettre aux apprenant-e-s de se l’approprier.

Pour clore l’appréhension de l’objet-livre, un atelier de linogravure fut organisé permettant d’explorer manuellement la fabrication d’une image et d’une illustration, afin de construire un savoir.

L’expérience de chacun-e

En parallèle, nous avons évoqué les souvenirs de repas, d’aliments, d’odeurs et d’épices, la cuisine représentant une multitude de facteurs sociaux, identitaires, culturels, environnementaux.

Ces séances ont été l’occasion pour les groupes de dépasser le cadre formel des cours et d’ouvrir une dimension beaucoup plus personnelle et intime. Chacun-e, en étant replongé-e dans ses souvenirs d’enfance ou de jeune adulte, a eu l’occasion de partager avec le reste du groupe des expériences qui l’ont particulièrement touché-e, ces moments qui comptent et qui déterminent les parcours de vie de chacun.

Ce genre d’échange n’est pas anodin, cela a été l’occasion pour les différent-e-s participant-e-s de considérer leurs condisciples dans leur entièreté et leur humanité, permettant par-là de dépasser les stéréotypes et les a priori. La cohésion des groupes s’en est forcément trouvée renforcée, augmentant également le plaisir du partage lors des activités plus récréatives ainsi que la solidarité lors des moments d’apprentissage.

D’un point de vue purement pédagogique, nous avons travaillé différemment suivant les niveaux de chacun (Méthode Naturelle de Lecture et d’Ecriture – MNLE la découverte du passé, la construction d’un récit…) en explorant toujours un vocabulaire élargi (les 5 sens, les épices, les habitudes alimentaires, les goûts, les sentiments…).

L’aboutissement de ce parcours, c’est la publication d’un livre dans lequel chaque participant-e a choisi une recette qu’il-elle considère comme significative, associée à une tranche de son histoire personnelle, qu’il-elle nous livre en parallèle. Afin de l’embellir et d’augmenter son appropriation par les co-auteure-s, il a également été illustré par différentes productions artistiques, des photos des élèves et des activités autour desquelles ils-elles se sont retrouvé-e-s.

Le vernissage et l’exposition

Pour marquer la sortie du livre et présenter les photographies en grand format, nous avons organisé une exposition et un vernissage à la Maison des Cultures et de la Cohésion Sociale de Molenbeek-SaintJean. Cet évènement a été l’occasion pour chacun-e de goûter aux plats proposés et ainsi de découvrir une part de la culture de l’Autre. Pour certain-e-s, cela a également été l’occasion de découvrir pour la première fois la commune et ses habitant-e-s.

Lors de cette rencontre, chaque participant-e (une soixantaine environ), a reçu son exemplaire de « Saveurs Nomades et Autres histoires», comme reconnaissance de sa participation et du travail accompli.

En dehors de son intérêt intrinsèque, ce livre a également été l’occasion de faire connaître le travail effectué au sein des cours de français dans les écoles, aux autres parents, professeurs, élèves ou directions.

Grâce à cette édition, les apprenant-e-s ont pu découvrir les récits des participant-e-s des autres groupes qu’ils ont appris à connaître suite aux différentes rencontres.

Nous garderons en mémoire toutes les interactions entre les différents groupes qui ont permis des rencontres amicales et enrichissantes entre personnes de communes, situations et cultures différentes.

Pamela Cecchi, Ariane Crèvecœur et Pauline Laurent, animatrices au secteur interculturel de la Ligue de l’Enseignement et de l’Education permanente
Vous pouvez consulter le livre Saveurs Nomades en ligne