Eduquer 151: Tabous autour de la maternité

Même si les lignes bougent, il semble encore difficile de remettre en question les « joies de la maternité ». Pour preuve la pression sociale que subissent les femmes qui ne veulent pas ou ne peuvent pas avoir d’enfant.

Eduquer 151: Tabous autour de la maternité

Pourtant, pour les femmes, la maternité est source de violences et de discriminations et elle constitue une entrave à l’égalité femme-homme.

Dans ce dossier, nous abordons 4 tabous : les violences obstétricalesle regret de maternitéla législation sexiste et la pauvreté des mères célibataires.

 

L’objectif de ce numéro d’Eduquer « Tabous autour de la maternité », est bien de faire apparaître les inégalités femme-homme et de proposer des pistes politiques visant à améliorer les droits des femmes qu’elles fassent le choix ou non de la maternité.

 

Bonne lecture!

Un dossier réalisé par Maud Baccichet.

 

SOMMAIRE : 

FOCUS: Les coups de coeur de la Ligue (littérature, musique, ciné, expo…)

COUP DE CRAYON: L’illustrateur Aurore Vegas nous livre son regard sur l’actu

ACTUALITÉ: Libre choix et marché scolaire

CHRONIQUES DE LA LIGUE: La poétique rencontre

 

SOMMAIRE DU DOSSIER:

Accouchement: sexisme et violations des droits des femmes
Le regret d’être mère: un tabou à lever pour déculpabiliser
Les femmes et les hommes pas égaux face au droit
Monoparentalité: femmes et enfants en danger
Pour aller plus loin

BONNES PRATIQUES: Un projet d’école à Auderghem vise une pédagogie mixte
LECTURES: Dans le berceau des inégalités
ÉDUCATION: «Jeune enseignant: toutes ces choses que l’on ne m’a jamais dites»
SCIENCES: «J’entretiens l’émerveillement»

 

Visionnez la revue via notre Flipbook

ou télécharger le PDF

 

[1] StatBel 2018.

[2] L’Institut national français de la statistique et des études économiques.

[3] «Quand les enfants naissent, les salaires des femmes baissent», Ouafia Kheniche, 11/10/19, France Inter. In: www.franceinter.fr/quand-les-enfants-naissent-lessalaires-des-femmes-baissent

Illustrations du dossier:

Marie Leprêtre, alias «Ma Tête est pleine d’endroits» est née en France en 1985. Elle vit aujourd’hui à Bruxelles où elle travaille comme illustratrice, animatrice artistique, poète, déclamatrice. Cheffe de famille monoparentale et militante féministe, queer, c’est par l’expression artistique qu’elle donne libre cours à son besoin de dire, de clamer, d’incarner, d’inscrire, de donner une forme et du sens à ce qu’elle est, à ce qu’elle vit et à ce qui l’entoure.

www.marielepretre.wordpress.com