Actualité: Bonnes pratiques, Education - Enseignement

Les enseignant.e.s contre le sexisme

Les enseignant.e.s contre le sexisme
Différentes recherches mettent à jour le fait que les stéréotypes sexistes dans l’enseignement ont la vie dure. Ils sont souvent inconscients, et véhiculés à la fois par les enseignant.e.s, les programmes, les élèves eux/elles-mêmes. Le site internet www.egalitefillesgarcons.be se pose comme nouvelle ressource incontournable, pour aborder ces questions.

Tout le monde s’accorde à reconnaître l’importance de l’égalité femmes–hommes dans les différents aspects de notre société, et l’enseignement est en cela un enjeu majeur. Mais comment passer de la théorie à la pratique? Sous l’égide du Fonds Social Européen et de la Direction de l’Egalité des Chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’Université des Femmes mène depuis l’année 2016 un projet intitulé «Égalité des femmes et  des hommes, des filles et des garçons dans le système éducatif: pour une école  sensible à l’égalité de genre». Un des volets de ce projet consiste en la mise  à jour du site www.egalitefillesgarcons.be qui est accessible en  ligne dès ce mois de juin 2018. Il ne s’agit donc pas à proprement  parler d’une nouvelle ressource, puisque cet outil existait déjà. Toutefois, il subit  en ce moment une importante restructuration afin d’améliorer son accessibilité, sa convivialité et sa pertinence face aux enjeux actuels.

Pourquoi un tel site?

Dès sa création, le but de  cet outil a été d’offrir aux enseignante.e.s de tous les niveaux, depuis la maternelle jusqu’à l’enseignement supérieur, des ressources relatives à la question de l’égalité filles-garçons en milieu scolaire.  Si, pour de nombreuses personnes, la mixité semble avoir réglé le problème de l’égalité filles-garçons à l’école, on constate qu’il existe encore de nombreux phénomènes et stéréotypes sexistes qui  rendent difficile un enseignement égalitaire. Ces stéréotypes ne se retrouvent pas uniquement à l’école mais imprègnent la société dans son ensemble. Il ne s’agit donc pas de diaboliser les  enseignant.e.s ou le système  scolaire, qui ne font que reproduire des phénomènes qui existent à une échelle bien plus large. Mais  puisque l’école est un lieu de socialisation par lequel  passent (presque) tous les élèves belges, il est nécessaire d’armer nos  enseignant.e.s pour qu’ils ou elles puissent identifier et déconstruire les stéréotypes et les préjugés lorsqu’ils se manifestent. Par ailleurs, à l’heure actuelle, tou.te.s les enseignant.e.s ne sont pas encore formé.e.s à la problématique  du genre. Le cours d’«Approche théorique et pratique de la diversité culturelle et de la dimension de genre», instauré en 2005 dans les sections pédagogiques  des Hautes Écoles  forme uniquement les futur.e.s enseignant.e.s des niveaux maternel, primaire et secondaire inférieur. Une telle formation n’existe pas dans le cursus de l’agrégation, sésame indispensable pour enseigner dans le secondaire supérieur. Le site vise donc à apporter une ressource supplémentaire pour des professeur.e.s qui souhaitent découvrir ou approfondir la thématique des inégalités  filles-garçons en milieu scolaire.

Il ne s’agit donc pas de diaboliser les enseignant.e.s ou le système scolaire, qui ne font que reproduire des phénomènes qui existent à une échelle bien plus large

Spécificités de l’outil

Le site est divisé en trois grandes parties. La première partie, intitulée «Égalité filles – garçons à l’école: réalité ou fiction?», constitue une introduction qui a pour but de rappeler des notions essentielles.  Elle présente les phénomènes importants qui se jouent à l’école en terme d’inégalités. Elle explique notamment ce qu’est un stéréotype sexiste, quelle est la différence entre genre et sexe,quels lois et décrets garantissent l’égalité en milieu scolaire, comment utiliser la langue française de manière plus inclusive, comment réduire les stéréotypes sexistes dans les manuels, les livres et les albums  de jeunesse,les jeux et les jouets utilisés en classe… Elle souligne également l’importance du rôle de l’enseignant.e en tant que garant.e de relations plus égalitaires entre les élèves. La section «Disciplines» offre des pistes de réflexion et met en  avant des témoignages et des initiatives mises en place par des enseignant.e.s afin de  promouvoir un enseignement plus égalitaire au sein de leur classe.Une  sous-section  regroupera des pistes à suivre, quelle que soit la discipline enseignée, comme, par exemple, la manière de rendre une classe plus neutre pour que tou. te.s les élèves se sentent concerné.e.s par une matière donnée. Ainsi, par exemple, la partie  dédiée aux sciences exactes présente quelques données chiffrées sur l’intérêt des filles pour les mathématiques et sur leur manque de confiance dans cette matière avant d’offrir quelques pistes pour intéresser tous les élèves  à cette matière. Le reste de cette section est donc constitué de suggestions adaptées à chaque discipline. Cette partie, encore plus que le reste du site, sera amenée à se modifier au gré des témoignages que les professeur-e-s pourront nous envoyer.

Dans la troisième partie, «Le genre par thèmes», le site propose aux lecteurs et aux lectrices d’aborder la question de l’égalité femmes-hommes par le biais de  thématiques sociétales (culture, politique, famille, sexualité, intersectionnalité, histoire, travail…) et s’interroge sur la place des femmes et des hommes dans les différents aspects de notre société. Une brève introduction sur
chacun des thèmes est accompagnée de ressources documentaires permettant d’approfondir le sujet. Cette section offre une base pour créer des leçons ou des débats sur de telles thématiques et permet aussi aux lecteurs et aux lectrices qui le souhaitent d’aller plus loin et   de se familiariser avec des sujets en dehors de la thématique scolaire. Enfin, pour offrir une navigation plus complète, il sera également possible d’accéder à l’ensemble des éléments concernant un niveau d’enseignement (maternel, primaire, secondaire, supérieur) en cliquant sur le bloc «L’égalité filles-garçons par niveaux d’enseignement»

Isabelle Algrain, chargée de projets à l’Université des Femmes