Actualité: Actu

La crise covid dans l’enseignement obligatoire

La crise covid dans l’enseignement obligatoire

Des chiffres stables

Durant la première quinzaine de février, les chiffres des contaminations et des mises en quarantaine dans l’enseignement sont demeurés stables. Dans l’enseignement obligatoire (maternel, primaire et secondaire), 755 contaminations ont été observées durant la période:

Durant la même période, 4161 élèves et 153 membres du personnel ont été mis en quarantaine dans l’enseignement obligatoire. En prenant du recul, on observe une grande stabilité du nombre de cas covid dans les écoles, avec des légères fluctuations, depuis le mois de novembre:

Source: ONE

Il n’en va pas de même pour le nombre d’élèves placés en quarantaine qui reflète probablement une amélioration du testing:

Il faudra voir si cette tendance générale se confirmera dans les prochaines semaines. Fin février, à la veille du Comité de concertation du 26 février, les chiffres semblaient globalement repartir à la hausse dans la population en général dans l’ensemble du pays. Malgré cette stabilité, la Ministre de l’enseignement a décidé le 24 février la prolongation du code rouge pour l’enseignement obligatoire jusqu’aux vacances de Pâques. Les élèves du deuxième et du troisième degrés de l’enseignement secondaire ne seront donc, au plus tôt, présents à l’école à temps plein, qu’après les congés de printemps, soit, durant la deuxième quinzaine d’avril!

Une certification sur mesure

C’est dans ce contexte que les circulaires organisant les épreuves certificatives externes ont été publiées pour l’enseignement primaire (Circulaire 7971 du 16 février 2021: Dispositions relatives à l’octroi du certificat d’études de base (CEB) à l’issue de l’épreuve externe commune pour l’année scolaire 2020-2021) et pour l’enseignement secondaire (Circulaire n° 7972 du 16 février 2021: Directives relatives à l’organisation des épreuves externes certificatives «CE1D» et «CESS» de l’année scolaire 2020-2021).

Ces épreuves auront bien lieu en 2021 mais selon des modalités particulières. Les épreuves seront centrées sur les contenus essentiels. Ceux-ci, on s’en rappelle, avaient été définis en septembre dernier en liaison avec les circulaires n° 7686 et n° 7691 qui organisaient la rentrée de septembre, respectivement dans le secondaire et le fondamental. Il avait été demandé aux enseignant·e·s de détecter rapidement les retards et les difficultés d’apprentissage des élèves afin d’organiser le plus rapidement possible la remédiation individuelle et collective ou la différenciation de l’enseignement. Ce contrôle était d’autant plus nécessaire que les épreuves externes n’avaient pas été organisées en juin 2020. Pour ce faire, des matières essentielles avaient été listées par les services de l’inspection afin de fournir des balises permettant de repérer plus facilement les difficultés ou retards («Essentiels et balises diagnostiques pour la rentrée 2020» publié en septembre 2020 et réédité en janvier 2021 par l’Administration générale de l’Enseignement –Service général de l’inspection et Direction des Standards éducatifs et des Évaluations). C’est ce document qui a été réactualisé.

Détail piquant: ce seront les formulaires destinés aux épreuves de juin 2020 qui seront utilisés en 2021: les formulaires qui avaient alors été imprimés n’avaient pu être utilisés car les épreuves certificatives avaient été annulées. On se rassure d’apprendre que les formulaires ont été contrôlés pour vérifier leur conformité par rapport à la liste des matières essentielles listées par ailleurs pour l’année scolaire 2020 – 2021!

Des règles d’évaluation adaptées

Les règles d’évaluation pour l’attribution des certificats sont également adaptées pour le cas où l’ensemble des matières essentielles n’auraient pas pu être enseignées. Dans ce cas, préalablement à l’épreuve, «chaque enseignant fait le bilan des matières identifiées comme étant essentielles et qui n’ont pas pu faire l’objet d’un apprentissage. Dès réception des résultats de ses élèves, l’enseignant calcule, à titre indicatif, pour chaque élève ayant échoué, le score obtenu à l’épreuve en ne prenant pas en compte les questions liées à ces matières non vues. (…) Lors des délibérations du jury d’école, le bilan et le score indicatif sont également exploités afin de prendre la décision la plus juste pour chaque élève en situation d’échec» (Circulaire 7971, p.19). Le jury d’école motive sa décision. Les décisions motivées seront communiquées aux élèves ainsi qu’aux parents au plus tard le 25 juin 2021 afin de permettre les éventuels recours et seront consignées dans le procès-verbal des décisions.

Nul ne peut douter de la volonté ministérielle d’organiser les épreuves en juin 2021 dans les meilleures conditions possibles. Mais auront-elles vraiment lieu? C’est l’évolution de l’épidémie qui en décidera mais en la matière, c’est l’incertitude qui perdure, comme le reconnait avec prudence Quentin David, le Directeur général de l’enseignement obligatoire car «nul ne peut, à ce stade, prédire avec certitude l’évolution de la situation sanitaire et les éventuelles nouvelles incidences de celle-ci sur l’organisation des épreuves externes communes certificatives de juin 2021.»

Patrick Hullebroeck, Directeur