Réalisations

2018-2019 à Anderlecht : « Il était une fois : Dessinons ensemble un imagier à colorier »

Ce projet a été sélectionné dans le cadre de l’appel à projets « Alpha Culture » organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il consistait à réaliser un livre imagé destiné à un jeune public. Les apprenant.es du cours d’alpha d’Anderlecht ont été amené.e.s, en 20 séances, à réaliser une œuvre collective dans son intégralité : écriture et illustrations. Pour la partie illustrations, nous avons travaillé en partenariat avec Le Labo des Arts et du Mouvement ASBL.

Ce projet de livre favorise l’apprentissage du français et l’expression de soi. Un passage en revue des différentes thématiques potentiellement intéressantes pour les jeunes enfants a permis d’élargir le vocabulaire de chacun.e.. Quatre thèmes ont ensuite été retenus pour la création de l’imagier : la famille, la nourriture, les animaux et l’école et les jeux.

Dans un premier temps, les apprenant.es ont pu, dans le cadre du cours de français, découvrir l’objet livre. Nous avons rassemblé un ensemble de livres de genres différents dont nous avons étudié les différences. Ils/elles ont ainsi pu être familiarisé.e.s avec ce médium, dans toutes ses formes. Nous avons également amené les participant.e.s à faire quelques sorties culturelles en lien avec notre démarche : expositions, musées… L’objectif était de leur permettre de connaître la vie culturelle de Bruxelles.

Ensuite, les ateliers créatifs animés par l’intervenant artistique les ont familiarisé.e.s avec diverses techniques d’illustrations : le dessin, l’aquarelle, le fusain, etc.  Ils ont tou.te.s été amené.es à toucher, à expérimenter et à créer afin de choisir ce qui leur parle le plus pour leur propre illustration.

Le projet s’est clôturé par la publication d’un imagier à colorier qui peut servir d’outil pédagogique de découverte pour aborder la multiculturalité au sein des écoles, dans les bibliothèques, les centres culturels ou dans des AMOs.

De nombreux exemplaires ont été distribués dans l’école maternelle Les Tourterelles à Anderlecht où il a été offert à des élèves de deuxième et troisième maternelle.

 

2017 – 2018 à Schaerbeek : « De l’image aux mots »

Ce projet a été sélectionné dans le cadre de l’appel à projets « Alpha Culture » organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il a mobilisé 20 séances d’ateliers dans le cadre du cours d’Alpha– FLE de Schaerbeek et une collaboration avec l’asbl Cinédit (Smala Cinéma).

L’objectif était de favoriser l’expression et le débat, pour arriver à réaliser un film d’animation. Ce medium permet d’aborder des sujets variés même sensibles ou personnels avec une certaine distance, ce qui encourage à libérer la parole et à être dans la rencontre de l’Autre.

Les apprenant.es ont émis l’envie d’aborder des thématiques qui leur sont chères et pour lesquelles ils/elles ont le sentiment d’être peu entendu.es : l’isolement, l’exil, le manque, le déracinement ou le souvenir.

Nous avons beaucoup parlé des souvenirs et chaque apprenant.e  a pu dévoiler aux autres à l’oral ainsi qu’à l’écrit, des souvenirs positifs ou négatifs. En échangeant sur leur vécu, les apprenant.es se sont rendus compte qu’ils/elles ont vécu des similitudes dans leur parcours de vie.

Nous avons projeté quelques extraits de films qui touchent à la thématique et qui traitent de manières variées du sujet. Ces ateliers ont donné aux participant.es des outils d’analyse du langage de l’image, étape qui a permis d’ouvrir à des formes différentes et possibles. Nous avons également eu l’occasion d’emmener les participant.es faire une sortie culturelle en lien avec la démarche.

Ensuite, les apprenant.es, sont sorti.e.s dans le quartier afin de prendre des photos et de faire des prises de sons de la ville.  L’idée était d’exercer leur regard, ainsi que de réfléchir à la symbolique et aux interprétations des images et des sons. Ces moments ont été très importants afin de s’approprier son quartier et de sortir du contexte scolaire.

La technique finalement choisie pour le film par le groupe a été celle du stop-motion. Les participant.e.s ont réalisé eux/elles-mêmes les personnages et les décors de leur film, ceci faisant appel à des compétences plus manuelles. Les matériaux utilisés ont été définis ensemble.

Plusieurs séances ont été dédiées à la création artistique du film ainsi qu’au tournage. Par souci de gestion du temps, d’efficacité technique et logistique, le montage a été effectué par les animatrices de l’atelier.

Le film, intitulé « Vivre dans un autre pays », a été projeté en boucle lors du Festival de Schaerbeek le 6 mai 2018, ce qui a permis à un grand nombre de visiteurs/euses de le découvrir, et notamment les familles des apprenant.es. Il a ensuite bénéficié d’une projection dans la salle du Cinéma Aventure le 8 mai et dans les locaux de la Ligue quelques jours plus tard. Cette organisation avait pour objectif de réunir les publics de différents ateliers autour d’un petit-déjeuner et de permettre l’échange autour de cette expérience individuelle et collective.

Pour voir le film, cliquez ici : https://ligue-enseignement.be/film-danimation-du-secteur-interculturel-de-la-ligue-vivre-dans-un-autre-pays/

 

2017 – 2018 à Bruxelles Ville : « Regarde où tu es ! Tu es peut-être chez toi… »

« Le jour où je m’étais perdue à l’angle de deux rues de ma nouvelle ville, j’avais un peu paniqué. J’avais alors trouvé une cabine téléphonique pour appeler ma sœur. Je lui avais dit : « Je suis perdue. » Elle m’avait répondu : « Peut-être pas. Regarde où tu es, tu es peut-être chez toi… » et elle avait raison, en levant les yeux, j’avais aperçu un appartement à louer et j’avais réalisé que j’étais exactement où je devais être. »

C’est à partir de ce texte ‘Nomade’ d’India Desjardins que le groupe de l’école du Canal en apprentissage du français a travaillé sur la notion de ville, de chez soi, de découvertes et de rencontres.

Cette initiative a été financée grâce au « Fonds Papillon » de la Fondation Roi Baudouin.

L’objectif était ainsi de permettre aux femmes du cours de français de l’école du Canal de découvrir un peu mieux leur ville, leur quartier et de s’inscrire pleinement comme citoyennes de Bruxelles. Tout un programme de visites guidées a été mis sur pied : théâtre de la Monnaie, Bibliothèque Royale, hôtel de ville, Atomium, quartier Saint-Géry…

Au-delà des visites culturelles, un volet « rencontre et échanges intergénérationnels » a été mis en place. C’est ainsi que le groupe de femmes a pu rencontrer le groupe d’enfants primo-arrivants de leur école (de la classe DASPA). Cette rencontre a été très importante et révélatrice de beaux moments pour chaque groupe. Cela nous a donné l’envie de poursuivre nos rencontres autour de nouveaux projets communs !

Pour garder des traces de ces visites, de ces moments et de ces découvertes, c’est finalement la réalisation de vidéos et d’un film collectif avec la collaboration de Citizen Motion qui a été retenue. L’équipe de Citizen Motion a mené plusieurs ateliers et nous a accompagnées lors de différentes visites.

Le film réalisé a été présenté à la Ligue en juin 2018. Tout en ayant rempli ses objectifs d’appropriation et ‘d’intégration’ dans un quartier, ce projet a dynamisé l’estime d’elles-mêmes des participantes, leur vie sociale et leur rapport à leur ville. L’impact le plus fort fut certainement sur leurs relations sociales; en effet, élaborer un projet, c’est avant tout créer ensemble et devenir groupe.

Nous avons rassemblé une partie des écrits du groupe pour se présenter dans l’article que vous pouvez consulter ici : https://ligue-enseignement.be/regarde-ou-tu-es-tu-es-peut-etre-chez-toi

 

2016- 2017 à Bruxelles Ville, Etterbeek et Molenbeek : « Saveurs nomades et Autres histoires »

‘A travers le goût, chacun cherche à retrouver la mémoire de sa famille’ Pierre Carrey

« Saveurs nomades et Autres histoires » c’est la création d’un livre de recettes où la cuisine sert de prétexte à conter son histoire, son vécu et ce qu’évoquent en chacun.e les odeurs et les saveurs.

Ce projet proposé par la Ligue a été sélectionné suite à l’appel à projets du Fonds Bpost : « Alphabétisation au sein des familles ».

L’idée-clé de ce projet était de faire découvrir aux parents-apprenant.e.s des cours d’alphabétisation le livre dans toutes ses dimensions, de l’écriture jusqu’à sa confection. L’aventure a donc été ponctuée de visites à la bibliothèque Royale, de découvertes de livres très anciens, d’un atelier de reliure, d’un atelier de lithographie, etc…

Livres anciens de la Bibliotheca Wittockiana, ou Musée de la Reliure et des Arts du livre à Woluwe-St-Pierre.

Afin d’élargir les richesses des échanges, nous avons réuni les groupes en apprentissage du français de Molenbeek, Etterbeek et Bruxelles-Ville.

Le projet s’est créé autour de deux observations simples :

  • Les apprenantes du cours de français s’échangeaient beaucoup de recettes et de ‘trucs et astuces de cuisine’ lors des pauses autour d’un café.
  • À partir de discussions, nous nous sommes rendu compte que les livres étaient souvent absents de leur quotidien. Nous avons commencé à mettre en place une bibliothèque volante de livres pour enfants, afin qu’elles puissent les emporter puis les utiliser avec leurs enfants.

Dans un second temps, à partir de ces échanges oraux, nous avons commencé à prendre note des recettes échangées.

L’idée du projet était donc née ! Nous nous sommes penchés sur les besoins réels du projet, à savoir, travailler sur le livre en tant qu’objet (sa découverte, sa fabrication,…), sur  le souvenir (permettant ainsi d’élargir notre champ d’action dans les cours de français), sur l’écriture (permettant de mettre en forme leur récit personnel en lien avec les recettes) et enfin, les recettes.

La sortie du livre et l’exposition de photos

La sortie du livre a eu lieu le 18 mai 2017 à la Maison des cultures et de la Cohésion sociale de Molenbeek. Il a été édité à 100 exemplaires sans être destiné à la vente, un exemplaire a été remis à chaque participant.e.

Une exposition des photographies présentes dans le livre a été organisée pendant 10 jours à la Maison des cultures et de la Cohésion sociale de Molenbeek. Pour le jour du vernissage, les apprenant.e.s avaient préparé, pour les déguster sur place, les plats évoqués dans le livre.

Le projet a eu un réel impact pour les participant.es des cours de français au sein de chaque groupe. Une soixantaine de personnes d’origines diverses ont été touchées et nous pouvons affirmer qu’il s’agit d’une véritable réussite.

Le fait de travailler avec 4 groupes issus de 3 communes différentes a permis d’une part, une réelle rencontre de cultures et de genre et d’autre part, aux personnes elles-mêmes de sortir de leur quartier. Ainsi les Etterbeekois ont découvert Molenbeek : commune assez stigmatisée suite aux attentats dans les médias.

Au niveau de l’apprentissage, le projet a eu un impact très bénéfique sur leurs connaissances du français, l’élargissement du vocabulaire, la prise de parole en public, et bien entendu l’écriture de la langue.

Parallèlement à ces aspects bénéfiques liés à l’apprentissage, nous pouvons souligner la valorisation des personnes. En effet, par les ateliers visant la production du livre, mais également par l’atelier photographie, l’exposition et le vernissage, c’est leur confiance et leur estime d’elles-mêmes qui ont été valorisées.