Communiqués de presse: Former les enseignant-e-s à la question du genre afin de réduire les inégalités filles-garçons au sein de l’Ecole

Former les enseignant-e-s à la question du genre afin de réduire les inégalités filles-garçons au sein de l’Ecole
Nombre de recherches et d’initiatives autour de la question des stéréotypes sexistes au sein de l’enseignement ont vu le jour ces dernières années en Belgique, souvent amorcées sous l’impulsion des mouvements féministes.

En tant qu’association d’Education permanente, compétente sur les questions d’enseignement, il nous a paru nécessaire, à la Ligue de l’Enseignement, de nous interroger et de nous positionner sur ces problématiques. En effet, comment envisager les réflexions et actions pour la mise en place de l’égalité à l’Ecole, notion réaffirmée dans le décret ‘Missions’, sans y intégrer une dimension féministe ?

C’est en ce sens, que nous venons de réaliser l’étude « Le Féminisme et l’enseignement, pour une égalité filles/garçons », l’idée générale étant, pour nous, de proposer une synthèse des données existantes afin de mettre en lumière les problématiques des inégalités filles/garçons au sein de l’Ecole.

Au vu de notre travail, nous souhaitons aujourd’hui, à la Ligue de l’Enseignement, appuyer le fait qu’il y a urgence de mieux former les enseignant-e-s afin qu’ils prennent conscience de la façon dont, eux-mêmes, diffusent les stéréotypes, et des effets que cela produit sur les élèves filles et garçons.

Pour la Ligue de l’Enseignement, il parait, dans un premier temps, nécessaire de former les enseignant-e-s à reconnaitre le sexisme au sein des manuels et programmes scolaires.  En effet, on enseigne actuellement  le « masculin neutre » aux enfants, distillant alors une croyance du « Masculin » comme représentant l’universel.

A la Ligue, nous préconisons donc :

  • d’une part, de bien choisir, en tant qu’enseignant-e, les manuels scolaires qui accompagnent les cours et de valoriser le rôle des femmes dans chaque discipline ;
  • d’autre part, d’utiliser les manuels afin d’éveiller l’esprit critique des enfants face aux discriminations et stéréotypes.

Par ailleurs, il nous semble primordial de former les enseignant-e-s afin qu’ils interrogent leur pratique, à la lumière de la notion de genre. En effets, diverses études effectuées sur base d’observations vidéo, mettent à jour le fait que, par une multitude de mécanismes « liés à différentes représentations, attentes et jugements », les enseignant-e-s catégorisent les élèves en fonction de leur sexe.

Au regard de ces mécanismes de discrimination, il nous parait alors primordial de mettre en place au sein de la formation initiale et continue, des cours théoriques et pratiques autour de la notion de genre, ce qui fait aujourd’hui particulièrement défaut en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Les réflexions actuelles concernant la réforme de la formation initiale des enseignant-e-s, initiée par le ministre Marcourt, nous semblent une incroyable opportunité pour intégrer la question du genre dans la formation de ceux qui détiennent le savoir auprès des élèves, futurs citoyens de demain.

En attendant, la Ligue de l’Enseignement et de l’Education permanente présente une série d’outils pédagogiques et de formations ayant lieu en Fédération Wallonie-Bruxelles, à destination des enseignant-e-s qui s’interrogent sur les questions de genre, et qui souhaitent intégrer leurs élèves à ces réflexions.

La Ligue de l’Enseignement et de l’Education permanente, asbl