Actualité: Education - Enseignement, Emploi et Formations, International, Mobilité, Supérieur-universitaire

Enseignement supérieur : 30 ans d’échanges

Enseignement supérieur : 30 ans d’échanges
Le programme Erasmus + fête son trentième anniversaire. Plus de 5 millions d’Européens y ont participé dont 92.000 personnes en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Depuis 1987, le programme Erasmus offre la possibilité aux étudiants et aux professeurs d’universités et d’écoles supérieures européennes, d’aller se former ailleurs pendant au minimum 3 mois et au maximum, un an. Découvrir un autre campus, une autre manière d’étudier mais aussi une autre langue, une autre réalité, d’autres cultures et philosophies de vie, autant d’avantages indéniables liés au simple fait de voyager.

Mais bien plus qu’un échange, « étudier ailleurs », permet aux jeunes d’acquérir des compétences bien utiles pour les aider à trouver un emploi comme la tolérance, la confiance en soi, l’aptitude à résoudre des problèmes, la curiosité, la connaissance de ses propres points forts/faibles et la détermination au moment de l’embauche. Une étude d’impacts a été réalisée par la Commission européenne en septembre 2014, auprès de 80.OOO jeunes. Elle démontre que le risque pour ces jeunes « Erasmus » de devenir chômeurs de longue durée serait réduit de moitié par rapport à ceux qui n’ont pas eu la chance de partir. Elle ajoute que 5 ans après l’obtention de leur diplôme, leur taux de chômage serait inférieur à 23%.

Accès aux études

Les étudiants belges ne faisaient pas partie du panel interrogé mais on sait qu’en Fédération Wallonie-Bruxelles, le budget alloué au programme représente près de 16 millions d’euros dont plus de 14,5 millions pour l’éducation et la formation et 1,2 millions pour la jeunesse. Plus de 92.OOO personnes en ont bénéficié depuis 1987. Les jeunes issus de milieux socio-économiques défavorisés représentent près de 18% des participants dans l’enseignement supérieur et un peu plus de 30% dans le secteur jeunesse (éducation non formelle). Si leur participation est une priorité pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, on peut espérer encore davantage d’aide financière pour ce public. En 2015, la Commission européenne a mis en place un dispositif de prêts garantis par la BEI, Banque Européenne d’Investissement, permettant aux étudiants d’emprunter jusqu’à 18.OOO euros pour faire un master de 2 ans à l’étranger et 12.000 euros pour étudier un an. Mais à l’heure actuelle, aucune banque belge ne propose cette possibilité aux étudiants.

14,7 milliards pour Erasmus +

En 1987, le budget alloué par l’Europe à l’entièreté du programme Ersamus était de 85 millions d’écus pour la période s’étalant de 1987 à 1989. Depuis lors, il n’a fait qu’augmenter. Récemment, sa priorité fut notamment de se démocratiser et de s’ouvrir à tous les publics. Son objectif est de permettre à 4 millions d’Européens de connaître cette expérience de formation à l’étranger d’ici 2020. Le budget a été augmenté de 10% afin de permettre à plus de jeunes de partir. Le calcul de la bourse a été repensé afin de tenir compte de la disparité du coût de la vie dans les pays participant au programme. Aujourd’hui, le programme Erasmus +, rebaptisé comme cela en 2014, représente 14,7 milliards d’euros jusqu’en 2020.

Maud Baccichet

La Ligue de l’Enseignement et de l’Éducation permanente